En Europe, la gestion de patrimoine confronte actuellement à des grands changements

Une étude récente met en lumière les changements et les défis actuels des banques privées. À cette fin, les conclusions de 163 banques de 13 pays ont été traitées. Comme le montre cette étude, dans le contexte actuel, les banques privées en Europe sont confrontées à des changements structurels de grande envergure. La numérisation et le transfert imminent des actifs à la prochaine génération peuvent conduire à une phase de consolidation, surtout dans la gestion de patrimoine.

La gestion de patrimoine reste un segment d’activité intéressant en Europe

Le marché des banques privées européennes reste l’un des secteurs d’activité les plus attrayants en matière de gestion de patrimoine, ce, avec 18 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion. À un taux annuel de 4,3 depuis 2010, la croissance du patrimoine devrait être plus forte que la croissance du PIB nominal en Europe et le rendement des capitaux propres, de 13 à 15 %, est plus élevé que dans les autres segments des services financiers.

Et selon le rapport que montre le tableau de l’évaluation par les acteurs du marché, l’attrait de la banque privée et de la gestion de patrimoine n’est pas diminué.

Des bouleversements fondamentaux dans la gestion du patrimoine en Europe

Néanmoins, la gestion de patrimoine est confrontée à des défis importants, notamment l’intensification de la concurrence et l’évolution des exigences des clients. Dans le même temps, la rentabilité a chuté d’environ 20 % par rapport à la période précédant la crise financière. Cette évolution s’explique notamment par l’évolution de l’environnement des marchés de capitaux, avec des taux d’intérêt historiquement bas et une augmentation des coûts due aux exigences réglementaires.

Dans ce contexte, l’étude identifie des développements significatifs à différents niveaux auxquels les gestionnaires de patrimoine doivent être préparés afin de continuer à réussir à l’avenir.

Consolidation attendue dans la gestion du patrimoine

Plus de 90% des cadres interrogés s’attendent à une consolidation et à des bouleversements fondamentaux dans l’industrie en France. Environ 85 % d’entre eux supposent que les petits prestataires seront repris par les grands, tandis que 73% attendent des grands prestataires qu’ils se concentrent davantage sur les compétences de base de la banque privée ainsi que sur le soutien ciblé des différents segments de clientèle.

Cela implique de se défaire de certaines parties de l’activité, telles que les activités de règlement ou de gestion d’actifs, et d’investir plutôt dans le segment principal des “services de conseil à la clientèle”.

Modification de la structure de la clientèle

D’une part, les industries innovantes, en particulier celles du monde numérique, créent un nouveau type de personne riche, avec une culture d’investissement et des besoins de soutien modifiés ainsi qu’une plus grande sensibilité aux coûts.

D’autre part, les 20 à 30 prochaines années verront d’importants transferts d’actifs par héritage à la génération suivante.

Cette jeune génération de clients a des exigences sensiblement différentes en matière de services de conseil. Ainsi, l’élément fédérateur étant une plus grande ouverture aux solutions numériques de la gestion du patrimoine.

La révolution numérique se fraye un chemin dans la gestion de patrimoine

Les technologies numériques simplifient les contacts administratifs avec les clients et, en réaffectant les ressources de la gestion du patrimoine. Elles permettent de mieux prendre en charge les clients et d’offrir un niveau de service plus actif, tant dans le monde numérique que dans les échanges personnels.

Des fournisseurs de gestion patrimoine innovants, dont beaucoup ne sont pas issus du secteur financier, seront de plus en plus capables de révolutionner le marché. Comme le montre de manière impressionnante le fonds monétaire Alibaba, qui est aujourd’hui le quatrième plus important au monde et appartient à la plateforme commerciale chinoise Alibaba.

Risques et opportunités d’une réglementation accrue

La concentration des autorités de surveillance sur la protection des clients et la stabilité du système financier de la gestion du patrimoine en Europe crée de nombreux domaines de responsabilité nouveaux et coûteux pour les prestataires. D’une part, ils contribuent ainsi à la baisse de la rentabilité. D’autre part, elles ouvrent également de nouvelles possibilités de différenciation.

Pierres angulaires stratégiques pour le succès futur de la gestion de patrimoine

Les changements dans le secteur représentent un défi majeur pour les banques privées traditionnelles en Europe. Ceux qui veulent réussir à l’avenir doivent comprendre exactement quelles forces sont actuellement à l’œuvre et réagir avec une stratégie ciblée et sa mise en œuvre efficace.

Un défi particulier est de regagner la confiance des investisseurs qui a été perdue pendant la crise financière. Actuellement, 80 % des produits d’investissement en Europe continentale sont utilisés par les banques. Cependant, les clients fortunés font de plus en plus appel à des prestataires de gestion de patrimoine indépendants n’ayant aucun lien avec une institution financière, tels que les multi family offices, les gestionnaires de fortune indépendants ou les prestataires émergents n’appartenant pas au secteur financier traditionnel.

Quatre pierres angulaires stratégiques ont été identifiées pour les banques privées qui veulent continuer à réussir dans cette zone de conflit.

Le succès viendra finalement à ceux qui réussiront à combiner le progrès numérique avec les attributs de la banque privée traditionnelle comme: La stabilité, une large gamme de produits et, avant tout, des conseils personnels judicieux.

Une relation plus étroite entre les banques privées et les gestionnaires d’actifs offre un grand potentiel de coopération, allant de la fourniture de solutions d’investissement sur mesure pour les besoins spécifiques des clients aux innovations structurelles qui reflètent les changements dans les pratiques du secteur.